Auteur Sujet: 404 Devillaine , voiture à pedales.  (Lu 4609 fois)

Hors ligne Jérôme

  • 50ans
  • Expert
  • *****
  • Messages: 2418
    • Voir le profil
Re : 404 Devillaine , voiture à pedales.
« Réponse #30 le: novembre 29, 2017, 09:43:17 »
Oui au train où ça va , met de l'argent de coté , une fois trouvé la perle et passé son bac il l'a revendra ,cela payera ses études ! !  ;D ;D
« Modifié: novembre 29, 2017, 12:29:33 par Jérôme »
Cabriolet 68,coupé 66,berline SL 66 et 403 baché 59
Les bateaux ne sont jamais autant en sécurité que lorsqu'ils sont au port, mais ils ne sont pas faits pour ça.

Hors ligne thierry39

  • Expert
  • *
  • Messages: 1217
  • Membre club 404
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : 404 Devillaine , voiture à pedales.
« Réponse #31 le: novembre 29, 2017, 09:44:54 »
Merci du conseil Jérôme, perso je souhaite qu'il ne la revende pas.
Si ça se démonte, ça se remonte...!!!
404 SL Injection 1965
DS Spécial 1973
2cv6 club 1983
Renault 10 Major 1966
Dauphine Ferlec 1960

Hors ligne Fritschy

  • Administrator
  • Expert
  • *****
  • Messages: 4160
  • Membre club & Aventure Peugeot
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : 404 Devillaine , voiture à pedales.
« Réponse #32 le: septembre 16, 2021, 08:54:26 »
M. Lacan fait des optiques pour 404 , les clignoteurs de 404 et les optiques de 204 avec les cuvettes.
Il fait aussi des volants Devillaine et bientot les pare-choc en alu et les lumieres arriere.

https://www.leboncoin.fr/collection/1942617592.htm

Eléments pratiquement toujours manquants sur ces voitures.
Je salue ces refabrications et soutient ces initiatives.
404 coupé d'août 1968, couleur 1158
204 coupé de juin 1968, couleur 1158

Hors ligne laurentoutan02

  • Débutant
  • *
  • Messages: 41
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : 404 Devillaine , voiture à pedales.
« Réponse #33 le: octobre 15, 2021, 19:57:54 »
Dire que ça été ma première voiture a pédales enfin pas une devillaine, et d'ailleurs je l ai toujours et mon grand regret c'est que je peux plus rentrer dedans  :(
"Le poids, voilà l'ennemi" Émile Mathis